Anecdotes de voyage

Chaque voyage comporte son lot d’anecdotes, surtout lorsqu’on se déplace à vélo. En voici un échantillon :


- Notre convoi attise la curiosité des autochtones. Sur la route, on ne compte plus ceux qui se dévissent la tête après nous avoir dépassés pour pouvoir nous observer plus longuement. Certains dévient dangereusement de leur trajectoire, comme ce curieux en scooter qui, tout en nous regardant, s’est ramassé une branche en pleine tronche.


- Nous nous arrêtons dès que nous apercevons une place de jeux, afin que Noémie puisse se défouler. Celles-ci se trouvent principalement dans les cours d’école. Noémie profite des infrastructures sous les regards amusés des écoliers. Tout se passe bien jusqu’à ce qu’elle décide de faire ses besoins au milieu de la cours. Nous nettoyons vite fait et partons sans demander notre reste.


- Dans une chambre d’hôtel, une araignée de la taille de la main se balade sur le carrelage. Ecraser des cafards faisant désormais presque partie de notre quotidien, nous ne sommes pas encore assez aguerris pour affronter les araignées géantes. Nous la signalons à la réception qui nous envoie le jeune gardien de l’hôtel. Ce dernier, armé d’un gros élastique, dégomme le prédateur d’un seul tir.


- Nous tournons dans une ville vietnamienne à la recherche d’une chambre où dormir. On se trompe de chemin, les Guesthouses sont inexistantes… on galère. Je tourne un peu sec pour prendre un petit chemin et m’extirper du trafic. Je n’avais pas planifié que mon convoi était si long et la remorque heurte un haut trottoir et se renverse. Paniqués, nous courrons vers Noémie. Surpris, nous nous rendons compte que la petite ne s’est même pas réveillée et souhaite que nous la laissions tranquillement dormir. Ouf !


- A Sihanoukville, au sud-ouest du Cambodge, un secteur est connu pour ses singes en liberté. L’un deux se permet de fouiller dans nos affaires. M’approchant pour le faire déguerpir, le primate montre les dents et s’avance rapidement vers nous. Je tente un low-kick que l’animal esquive. Heureusement, mon mouvement le fait fuir et nous faisons de même !