Une famille à vélo

sketch_velo_voyage.png

13/11/2018

Au Vietnam, le marchandage est culturel. Nous devons négocier férocement chacun de nos achats, le prix pouvant varier du simple au double. A force de se prendre au jeu, on perd la notion de la réelle valeur des choses. Par exemple, nous marchandons pendant 5 minutes pour acheter une bouteille d’eau. Le vendeur en veut 8’000 Dongs ; nous ne voulons pas lui en céder plus de 5’000. Faute de consensus, nous partons la gorge sèche sans vraiment réaliser que cela correspond à une différence de 13 centimes...

Le coût de la vie au Vietnam est bas. Un repas au restaurant pour les trois revient à environ 5.-, une nuit d’hôtel à 12.-. Notre record pour une chambre s’est établi à 2.- la nuit. C’est également le record de notre plus mauvaise nuit. En voici le récit.

La route que nous empruntons pour arriver à Rach Gia, le point de départ du bateau pour l’île de Phu Quoc, est horrible. Elle nous rappelle la sortie de Ho-Chi-Minh. Malheureusement, nous n’avons pas d’autres possibilités. Le choix d’hébe...

5/11/2018

Après avoir visité Saïgon, comme l’appellent encore les anciens qui n’ont pas digéré la victoire du nord Vietnam, nous enfourchons nos vélos à l’assaut du Delta du Mékong. Cependant, sortir de la métropole n’est pas une mince affaire car nous commençons par tourner en rond dans des ruelles étroites. Notre gps nous indique un chemin mais ce n’est pas évident d’y être attentif tout en prenant garde à la meute vrombissante de scooters qui nous entoure. D’ailleurs, Dom manque de chuter lorsque le cale-pied de l’un d’eux se prend dans une de ses sacoches. Nous suivons d’abord une route qui s’apparente à une nationale. Ce tronçon est particulièrement pénible : trafic important, bruit, klaxons et poussière. Nous utilisons nos masques pour faire face aux particules en suspension provoquées par le passage des camions, mais se couvrir les voies respiratoires quand il fait 32 degrés n’est pas agréable. Heureusement, une quarantaine de kilomètres plus loin, l’effervescence citadine s’estompe pour...

2/11/2018

Hô-Chi-Minh-Ville est la plus grande ville du Vietnam, 8.5 millions d’habitants et 5 millions de scooters. Ceux-ci transportent parfois 4 personnes et tout type de marchandises : bouteilles, poulpes en sachet, table, échelles, écran plat,... Le casque est obligatoire depuis peu, mais pour les adultes uniquement ! Les enfants installés sur une petite chaise aménagée ne s’en plaignent pas. Le scooter est comme une seconde maison. Leur propriétaire y mange et y dort. Le trafic est très intense. Les feux aux passages piétons sont secondaires, pourtant, personne ne s’énerve, tout le monde trouve sa place. Quand tu es piéton, inutile d’attendre, les véhicules ne s’arrêtent jamais. L’astuce est d’avancer lentement sans jamais reculer, tout en se faisant contourner par le flot incessant de deux-roues. D’ailleurs, nous sommes les rares piétons, le moindre déplacement est fait en scooter.

Dans le but de me familiariser avec le trafic avant notre départ de la métropole et de me déplacer plus...

Please reload

Guide de voyage Asie du Sud-Est à vélo et en famille, Vietnam, Cambodge, Laos, Thaïlande, voyage à vélo en famille, famille à vélo, livre, itinéraire, carte, Asie à vélo
Guide de voyage Asie du Sud-Est à vélo et en famille, Vietnam, Cambodge, Laos, Thaïlande, voyage à vélo en famille, famille à vélo, livre, itinéraire, carte, Asie à vélo
Vietnam, Cambodge, Laos, Thaïlande, à vélo et en famille. Un guide 100 % terrain.
Commandez le guide ici.

Copyright © 2016-2020 Dominique et Manon

sketch_velo_voyage.png